Terres Inconnue


Points de vue

La fin d’un monde

Eyvind Earle 1916 2000 Landscape with Trees 1945

S’il est possible que nous vivions les prémices de la fin du monde, il est certain que nous vivons la fin d’un monde. Le monde basé sur la foi dans l’exploitation de la nature, dans le progrès, dans l’avenir, dans la technologique, dans la science, dans les vertus de la compétition, du marché, du profit, de la capitalisation, dans la recherche de la propriété individuelle et la croissance. De nombreuses croyances collectives sur lesquelles notre vie actuelle repose seront chamboulés

Notre métier d’accompagnement – qu’on soit leader, manager, ou coach – nous demande de développer une capacité accrue de rester présent dans des situations et moments complexes où l’incompréhension, l’incertitude, l’ambivalence, la souffrance s’accroissent – comme le deuil de tous les bénéfices, illusoires ou réels, que nous tirions de ce monde qui s’achève.

Pour cela il nous est indispensable de trouver les manières de prendre soin de notre relation à nous-mêmes (à notre corps, nos émotions, notre expérience), de développer de nouvelles capacités à être en relation avec les autres – car nous n’y arriverons qu’ensemble – de créer des nouvelles règles de vie en communauté, en société, en harmonie avec la nature. De nouvelles formes d’intelligence, de manière de déployer notre intelligence collective. C’est une sacrée aventure qui nous attend !


Paysage avec des arbres, Eyvind Earle (1916-2000)



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.