Terres Inconnue


Points de vue

La bonne personne au bon endroit au bon moment

Une des compétences clés dans notre pratique est l’humilité. Pour coacher/accompagner une organisation ou une personne, nous devons être disponible pour soutenir et être au service de l’autre, tant que nous sommes la bonne personne, au bon endroit, au bon moment.

Nous croyons que notre pratique d’accompagnement et d’animation permet réellement des transformations. Nous savons comment éveiller de nouvelles énergies, amener sur la table ce qui avait été caché, aider les personnes (individus, équipes, communautés) à mieux prendre soin d’eux-mêmes, de leurs besoins sous-jacents par des prises de conscience et de responsabilité.
Et en même temps nous devons à tout moment être conscients que nous ne sommes pas les seuls à savoir faire cela – pour être légitimes, il est important que nos clients nous choisissent – qu’ils aient un choix entre plusieurs coachs, plusieurs entreprises – que nous ne ressentons pas mutuellement que nous sommes les seuls partenaires possibles. C’est souvent un chemin difficile à parcourir. Ce n’est pas facile d’inviter un prospect à rencontrer d’autres coachs avant de nous choisir. Bien sur, nous préférons qu’ils choisissent au sein des associés de notre société, parmi nos partenaires. Néanmoins, nous devons nous assurer que les personnes que nous recommandons représentent de réelles alternatives pour eux (parce qu’ils peuvent avoir besoin de travailler avec quelqu’un d’autre que nous). Pour faire cela, nous avons besoin d’être sécurisé sur le plan financier (ne pas dépendre de tel contrat ou opportunité), nous devons être assez stables émotionnellement pour dépasser l’arc en ciel d’émotions qui accompagnent le fait de ne pas être choisi, nous avons besoin de développer assez de confiance en soi pour accepter que nous n’étions pas la bonne personne ici et maintenant – et que cela n’a rien avoir avec notre compétence !

Une fois que nous avons établit un contrat avec un client, nous développons une relation de confiance. Il est indispensable pour qu’un client nous laisse faire ce que nous lui proposons qu’un niveau important de confiance est été atteint. Nous leur proposons souvent de suivre des chemins qu’ils n’ont jamais expérimentés avant. L’impact sur leur organisation est souvent profond. De plus, nos services sont coûteux. Et le retour sur investissement de notre travail est difficile à identifier  (comment mesurer financièrement l’énergie, la mobilisation, l’enthousiasme, l’interaction, la créativité, le focus que nous aidons à créer ?) et ne peut être mesuré que sur le long terme (alors que notre intervention n’est pas le seul facteur à prendre en compte). Donc, la confiance est prépondérant.
Et la confiance est à double sens. Nous avons besoin tous les deux de se confronter lorsque le comportement de l’un ou de l’autre met en danger cette confiance – et être capable de mettre un terme au contrat si la confiance disparaît !

Je me souviens d’un film où un couple marié avait un rituel : tous les ans, ils partageaient un moment solennel où ils décidaient tous deux s’ils renouvelaient ou non leurs vœux de mariage et ils revivaient la cérémonie. Nous devons pouvoir réellement nous retirer d’un contrat à tout moment, soit parce que nous sentons que nous n’apportons pas le type de soutient dont le client a besoin, soit parce que le client n’a plus besoin de notre aide. Après tout, notre raison d’être est toujours d’amener notre client à une autonomie totale, à être une personne, une équipe, une organisation qui apprend d’elle-même. Plus vite le client peut se passer de nous, mieux nous réussissons ! Un coach et accompagnant mature est celui qui peut mettre fin à un contrat à tout moment, car c’est ce qui sert au mieux le client. Nous croyons qu’il s’agit là d’une des aptitudes les plus ardues de notre métier et nous tentons de l’acquérir au mieux tous les jours.